Paul Krugman : "Les chances de réélection de Trump sont aujourd’hui inférieures à 50 %"

Le Prix Nobel d’économie 2008, qui publie « Lutter contre les zombies » (éd. Flammarion), ne croit pas à une récession pour 2020. Interview.

Paris Match. La récession va-t-elle frapper d’ici à l’élection présidentielle américaine de novembre 2020 ?
Paul Krugman. J’en serais surpris. Si ça doit arriver, c’est un peu tard. L’économie est dopée par la consommation des ménages, qui tient bon, et les dépenses publiques, qui sont élevées, notamment dans le domaine militaire. La baisse des impôts votée fin 2017 aux Etats-Unis joue aussi un petit rôle.

Cela veut-il dire que la réélection de Donald Trump est assurée ?
Non. Ses chances de réélection sont aujourd’hui inférieures à 50 %. Les études montrent que la manière dont les gens votent aujourd’hui est beaucoup moins liée à l’économie qu’autrefois. Dans le contexte ultra-partisan du moment, ce sont les questions culturelles ou raciales qui comptent. Regardez les fermiers ou les ouvriers du Midwest américain : ce sont ceux qui souffrent le plus de la guerre commerciale engagée par Trump, et pourtant ils continuent à le soutenir. La question de l’assurance-maladie joue aussi un rôle : Trump a démantelé Obamacare, ce qui a permis aux démocrates de reprendre le contrôle de la Chambre des représentants. Depuis son élection, sa popularité oscille entre 42 % et 44 %. En novembre prochain, il a toutes les chances de perdre le scrutin populaire, comme en 2016. Heureusement pour lui, la carte électorale, en termes de grands électeurs, lui est très favorable.

"

Le Parti démocrate est plus à gauche qu’il y a douze ans

"

Tout le monde s’est demandé comment, la nuit du 8 au 9 novembre 2016, vous avez pu annoncer dans le “New York Times” que l’élection de Trump allait provoquer une “récession mondiale”…
Je suis humain et j’ai paniqué. C’était un article écrit “à chaud”, alors que son élection venait à peine d’être confirmée,(...)


Lire la suite sur Paris Match