Paul Kagame réagit aux accusations d'espionnage de WhatsApp

Le président rwandais assure que son gouvernement n'utilise pas le logiciel israélien Pegasus pour mettre sur écoute des ressortissants rwandais vivants à l'étranger.

Récemment, WhatsApp a porté plainte contre la NSO, l'entreprise qui a concu le logiciel,  l'accusant d'avoir infecté les téléphones portables membres de la société civile à travers le monde.

→ Lire aussi : WhatsApp accuse une société israélienne de cyber-espionnage

Parmi eux, des Rwandais. Le Financial Times avait ensuite donné la parole à des membres de partis d'opposition rwandais en exil non reconnus par le gouvernement qui accusaient le Rwanda d'utiliser le logiciel contre eux.

Des informations que Paul Kagame a contesté hier lors d'une conférence de presse à Kigali.