Paul Kagame, les ombres du président rwandais

·1 min de lecture
Paul Kagame, les ombres du président rwandais
TONY KARUMBA / AFP

Envoyer au Rwanda, dont l’histoire récente est l’une des plus sanglantes du monde, des migrants vulnérables qui avaient pour objectif d’entamer une nouvelle vie au Royaume-Uni ? L’idée peut sembler à tout le moins saugrenue.

Ce n’est certainement pas le genre d’accueil auquel s’attendent les Afghans qui ont fui Kaboul quand leur pays est tombé aux mains des talibans l’année dernière. Et s’il faut en croire l’expérience – car des accords semblables de traitement des demandes d’asile ont été conclus par le passé entre le Rwanda et Israël et le Danemark – ces réfugiés ne resteront pas longtemps sur le sol rwandais.

“N’écoutez pas ce qu’on va vous dire, je suis allé dans ces centres, les conditions sont horribles. Les demandeurs d’asile vont prendre la fuite vers l’Ouganda pour passer au Soudan, puis en Libye. Ou bien c’est qu’ils seront sous la menace des armes. C’est un calcul atroce que fait notre gouvernement”, commente un travailleur humanitaire britannique, sous le couvert de l’anonymat.

“Et est-ce qu’ils vont aussi y envoyer des Ukrainiens ? Dans le cas contraire, les accusations de racisme vont tomber.”

Le Rwanda accueille déjà d’importants contingents de réfugiés, bien plus nombreux que ceux qui traversent la Manche vers le Royaume-Uni à bord d’embarcations de fortune. Sur le territoire de ce pays montagneux d’Afrique de l’Est, six camps abritent aujourd’hui au moins 128 000 personnes ayant fui les conflits et les persécutions en république démocratique du Congo et au Burundi. Certains vivent là depuis trois ans et n’ont que très rarement la permission de sortir du camp. Il leur est interdit de travailler et de se déplacer.

Une “Suisse africaine” mise au pas

Une chose est sûre cependant : il n’y aura personne au Rwanda pour critiquer l’initiative. Dans cette “Suisse de l’Afrique”, il n’y a pas de presse libre, et Internet est sous surveillance. Aucune opposition n’est tolérée.

C’est que le président Paul Kagame compte parmi les dirigeants africains les plus malins. Et les plus impitoyables.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles