« Les mots du président Macron ont plus de valeur que des excuses »

·1 min de lecture
Le président rwandais, Paul Kagame, et son homologue français, Emmanuel Macron, lors de la conférence de presse commune à Kigali.
Le président rwandais, Paul Kagame, et son homologue français, Emmanuel Macron, lors de la conférence de presse commune à Kigali.

Dans un discours prononcé ce 27 mai depuis le Mémorial de Gisozi à Kigali, où reposent plus de 250 000 âmes, Emmanuel Macron a reconnu les « responsabilités » de la France, tout en affirmant qu'elle n'avait « pas été complice » du génocide de 1994. Des paroles qui ont semble-t-il convaincu le président rwandais. Il l'a fait savoir lors d'une conférence de presse commune tenue au palais présidentiel de la capitale rwandaise.

Des « mots qui ont plus de valeur que des excuses » pour Paul Kagame

En ouverture, le président Kagame a salué le « discours puissant, avec une signification particulière », de son homologue. « Ses paroles avaient plus de valeur que des excuses. Elles étaient la vérité », a-t-il déclaré, évoquant un « courage immense » d'Emmanuel Macron. « Cette visite parle du futur, pas du passé. La France et le Rwanda vont beaucoup améliorer leurs relations au bénéfice de nos peuples, économiquement, politiquement et dans le domaine de la culture », a-t-il également affirmé.

« Mais la relation entre nos deux pays ne sera jamais totalement conventionnelle. Il y a une familiarité particulière qui résulte de la terrible et complexe histoire que nous partageons, pour le meilleur et pour le pire. Nous souhaitons créer une relation forte et durable, fondée sur des priorités qui comptent pour nous deux, France et Rwanda », a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron s'est justifié en estimant que l'évocation d'« excuses », également souhaitées par des responsables politique [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles