Pattes de scarabée, dents de cochon, coquillages... Découvrez les monnaies d'antan

© Monnaie de Paris

Des perles et du tissu en Afrique, des coquillages et des plumes en Polynésie et même des dents de cochons ou chiens. Voici les différents moyens de paiements exposés dans les vitrines du palais de la Monnaie de Paris qui façonne encore les pièces. "L’Océanie a été le terrain de jeu des anthropologues, tous les possibles sont convoqués en Océanie, par exemple ce plastron constellé de dents de chien, il y a 187 dents, c’était un objet d’échange mais aussi de prestige mais qui est également une façon de montrer son rang, sa dignité au sein d’une communauté", explique l’historienne et commissaire de l’exposition Bérénice Geoffroy-Schneiter.

La valeur symbolique de la pièce

Evidemment, une section de l’exposition est consacrée aux bijoux qui servaient aussi de monnaie d’échange. Mais oubliez les parures en or, il y a des matériaux plus insolites : "Le monde océanien a utilisé des matériaux insolites, comme ce collier composé à partir de segments de pattes de scarabée en vert fluorescent absolument extraordinaire."

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Le parcours réserve aussi des salles aux pièces, celles cousues sur des tissues, associées à des parures mais aussi celles qui s’échangent contre une valeur, une allégorie ou une forme immatérielle comme ces automates de voyance le prouvent à la fin du parcours. Au début du XXème siècle, on y insérait une pièce et une carte de nos prédictions ou même le visage de notre âme sœur apparaissait. Ces automates prê...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles