Le patron de Samsung, condamné pour corruption, gracié en Corée du Sud pour «aider l'économie»

Yonhap via REUTERS

Le milliardaire Lee Jae-yong, condamné pour corruption et détournement de fonds en janvier dernier, a été gracié par le président.

L'héritier et patron de facto du groupe Samsung a bénéficié vendredi d'une grâce présidentielle, dernier exemple en date d'une longue tradition sud-coréenne de mansuétude à l'encontre des grands patrons condamnés pour corruption et autres délits financiers. Justification: contribuer à l'économie. Le milliardaire Lee Jae-yong, condamné pour corruption et détournement de fonds en janvier dernier, sera "réintégré" pour "contribuer à surmonter la crise économique de la Corée du Sud", a déclaré le ministre de la Justice Han Dong-hoon. M. Lee, 54 ans - la 278e personne la plus riche du monde selon Forbes - a été libéré sous condition en août 2021, après avoir purgé 18 mois de prison, soit un peu plus de la moitié de sa peine initiale.

La grâce de vendredi lui permettra de reprendre pleinement le travail, en levant l'interdiction d'emploi qui lui avait été imposée par le tribunal pendant une période de cinq ans après sa peine de prison. "En raison de la crise économique mondiale, le dynamisme et la vitalité de l'économie nationale se sont détériorés, et l'on craint que le marasme économique ne se prolonge", a déclaré le ministère de la Justice dans un communiqué.

"Moteur de croissance"

Le ministère espère que l'homme d'affaires pourra "diriger le moteur de croissance du pays en investissant activement dans les technologies et en créant des emplois". Lee Jae-yong a obtenu cette grâce en même temps que trois autres hommes d'affaires, dont le président du groupe Lotte, Shin Dong-bin, condamné à une peine de prison de deux ans et demi avec sursis dans une affaire de corruption en 2018. Ce sont au total 1.693 personnes, dont des détenus gravement malades ou en fin de peine, qui ont été graciés, en ce jour marquant la reddition du(...)


Lire la suite sur Paris Match