Patron Incognito : "On est sur un rat là", un patron offre à son employé des paires de chaussettes et une proposition de poste étonnante, les internautes s'en offusquent

·5 min de lecture

Alors que certains employés "piégés" par Patron incognito sont récompensés par de généreuses augmentations de salaire, des propositions de postes ou des cadeaux de valeur, un vendeur de la marque de chaussures mise à l'honneur ce lundi 24 janvier 2022 s'est vu offrir des paires de chaussettes ainsi que des perspectives d'avenir plus qu'étonnantes. De quoi beaucoup interroger les internautes.

Capture écran M6 direct/Patron incognito
Capture écran M6 direct/Patron incognito

Après un épisode plein d'humanité qui a mis en lumière un employé très (trop?) franc la semaine dernière, Patron Incognito revenait ce lundi pour un nouvel épisode sur M6. A l'affiche de la soirée : Arnaud Bruillon, 47 ans, dirigeant de l’enseigne Finsbury, l’un des leaders de la chaussure de luxe pour hommes. Afin de cacher son identité pour ses différentes immersions dans sa propre entreprise, le patron s'est transformé en critique de mode masculine, au look excentrique. "C'est catastrophique, je me ridiculise... On est loin de l'élégance masculine classique là. Je suis un ovni là, je me reconnais pas moi-même", a-t-il réagi, visiblement assez mal à l'aise de constater sa transformation. C'est pourtant grâce à cette dernière qu'il a pu s'immerger sans être démasqué au sein d’un magasin Outlet à Troyes, au dépôt de son enseigne en banlieue parisienne ou encore dans la plus ancienne boutique située dans le quartier Opéra à Paris. C'est d'ailleurs dans ce magasin qu'il a fait la connaissance de Lorenzo, un conseiller de vente itinérant, officiant là depuis seulement trois mois.

VIDÉO - Patron Incognito : le relooking d'un candidat provoque les moqueries des internautes

Un jeune homme qui ambitionne de devenir le meilleur vendeur de la marque, et dont le patron incognito a pu relever les atouts et les faiblesses. Parmi les premiers, Arnaud Bruillon a remarqué son aisance avec la clientèle, son audace et sa "générosité dans le contact". Les points négatifs eux, avaient trait à un vocabulaire pas toujours adapté ou encore un manque de connaissance des argumentaires de vente de la marque. Après avoir conclu une vente en demi-teinte avec un client, parti avec une paire de chaussures alors qu'il en visait deux au départ, Lorenzo a fait un peu grincer des dents son patron. "C'était long, je me suis ennuyé. Il y avait des blancs insupportables, il a manqué d'argumentation. Il faut être incisif […] Il faut faire rêver un peu le client, il faut lui raconter une histoire", a-t-il commenté face caméra. Un jugement un peu sévère aux yeux des internautes qui ont pour beaucoup pris la défense du jeune homme, désireux de ne pas forcer la vente.

Mais c'est surtout une autre critique du patron qui a fait beaucoup parler sur les réseaux sociaux. Alors que Lorenzo, grand amoureux de la couleur violette, demandait des conseils vestimentaires à celui qu'il pensait être un grand critique de mode, ce dernier en a profité pour lui faire passer un message : "il ne faut jamais mettre avec un costume des chaussettes courtes, mais des chaussettes très montantes", a-t-il expliqué au jeune homme qui portait des soquettes de sport. "Si on veut être un homme de goût comme nous, les chaussettes doivent être assorties soit au pantalon soit à la couleur des chaussures", lui-a-t-il rappelé durant le bilan, avant de lui offrir des paires violettes de la marque. Un "cadeau" que les internautes ont beaucoup moqué sur twitter, tant ils imaginent que le vendeur aurait préféré une augmentation de salaire.

VIDÉO - Patron Incognito : le cadeau insolite du PDG Arnaud Bruillon à un employé

En plus de ce geste, le patron lui a proposé une formation technique pour améliorer son argumentaire de vente, ainsi qu'un poste dans une nouvelle boutique prévue au Maroc...alors même que le jeune homme avait expliqué être très fusionnel avec sa mère basée à Paris. Lorenzo a finalement décidé de décliner les dernières propositions, préférant changer de carrière pour intégrer la police.