Patrimoine : la mairie de Paris met en vente certaines propriétés

C’est un magnifique lieu qui vient d’être vendu. À Beyssac en Corrèze, la Chartreuse du Glandier a finalement trouvé un nouveau propriétaire. Pour trois millions d’euros, c’est un important courtier en vin bordelais qui a emporté les enchères mis en place par la mairie de Paris. La capitale a choisi de se séparer de ce bien contre une somme conséquente. Vendre les biens plutôt que s’endetter La vente de la Chartreuse du Glandier à Beyssac n’est pas un cas isolé. Depuis plusieurs années, la mairie de Paris décide de mettre en vente certains de ses 19 000 biens disséminés aux quatre coins du pays. Inhabitées ou dont l’entretien s’avère trop coûteux, les propriétés sont vendues. "Il est plus intelligent de vendre des biens qui ne sont plus utiles plutôt que de recourir à l’endettement donc c’est un complément dans notre stratégie financière pour financer les investissements parisiens", explique Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris. La ville de Paris encaisse chaque année entre 100 et 200 millions d’euros de revenus grâce à ces ventes.