Patrick Poivre d'Arvor "ne pense qu'à assouvir ses pulsions" : le récit de l'écrivaine Alessandra Fra

·1 min de lecture

Les prises de parole s'enchaînent et se ressemblent toutes dans l'affaire Patrick Poivre d'Arvor. En kiosques ce vendredi 26 mars, le magazine Closer dévoile le témoignage accablant d'Alessandra Fra. Cette écrivaine aurait fait la rencontre de l'ex-mythique présentateur du journal télévisé de TF1 en février 2005. "Il n'a aucune considération pour l'autre, il ne pense qu'à assouvir ses pulsions" juge-t-elle ainsi. Elle aurait aussi vécu une mauvaise expérience avec le journaliste. Au moment des faits présumés, la jeune femme est étudiante en finances à l'université de Cambridge. De passage à Paris, elle fait la découverte du livre Elle n'était pas d'ici de l'intéressé, qui évoque le suicide de sa fille Solenn. "Je lui ai écrit un mot maladroit, partageant mon bouleversement, sans lui demander de rencontre."

Patrick Poivre d'Arvor lui aurait finalement proposé d'assister au journal de 20 heures de la première chaîne. Invitation refusée. Le rendez-vous serait ensuite fixé au 6 avril 2005, dans son bureau des locaux de TF1. Prête à lui présenter son propre manuscrit, Alessandra Fra aurait été "tétanisée" lorsque le mis en cause lui aurait embrassé le front. Une relation, qu'elle voulait platonique, naît mais quelques mois plus tard, tout dérape. Trop entreprenant, il est éconduit par l'Italienne. "Je n'ai pas du tout envie qu'il me touche. Je le repousse, il s'arrête. Furax, il me lance : 'Ça ne vous fait pas plaisir que je vous touche ?" Lors d'une autre rencontre, durant laquelle (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Christian Quesada est sorti de prison : il a purgé la totalité de sa peine
La petite blague d’Éric Dupond-Moretti : « Il y a un parachute pour le ministre ? »
VIDEO - Philippe Chevallier en difficulté financière : "Je suis au chômage et je ne gagne rien"
INTERVIEW - Delphine Wespiser : "Je ne garde pas de bons souvenirs de Miss France"
Donald Trump : sa belle-fille Lara Trump prête à se lancer en politique, la relève est là