Patrick Pelloux en mission (décriée) sur la radicalisation à l'hôpital

·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
En quoi consiste la mission décriée de Pelloux (ici le 18 septembre 2018) sur la radicalisation à l'hôpital (Photo: LUDOVIC MARIN via AFP)
En quoi consiste la mission décriée de Pelloux (ici le 18 septembre 2018) sur la radicalisation à l'hôpital (Photo: LUDOVIC MARIN via AFP)

POLITIQUE - “Je ne suis pas un lâche.” Voilà les mots de Patrick Pelloux quand on lui demande pourquoi il a accepté sa nouvelle mission. Le médecin parisien, visage familier du grand public depuis le fracas de l’attentat contre Charlie Hebdo en 2015, s’occupe depuis plusieurs semaines de dresser une sorte de “bibliographie sur les faits” de radicalisation ou d’atteintes à la laïcité à l’hôpital.

Le but? Produire un rapport, force de propositions, à l’adresse du ministre de la Santé pour la fin de l’année 2021. ”Ça entre dans le cadre de ce que veut le gouvernement depuis l’assassinat du professeur Samuel Paty avec la mobilisation des grands services publics pour lutter contre la radicalisation”, explique au HuffPost, ce samedi 5 juin, celui qui est également le président de l’Association des médecins urgentistes de France, confirmant ainsi une information du site spécialisé Hospimedia.

Et Patric Pelloux d’ajouter: “Il y a eu un travail dans les transports, dans l’Education nationale, à l’Intérieur, et il manquait quelque chose pour la santé.” C’est donc chose faite, avec cette mission initiée il y a moins de deux mois, à l’abri des regards. Mais à peine lancée, et révélée, là voilà qui suscite des crispations.

Un sujet secondaire?

Car pour certains professionnels, qui l’expriment notamment sur les réseaux sociaux, le sujet est bien secondaire au regard des nombreux autres défis et difficultés de l’hôpital public, qui plus est en pleine pandémie de coronavirus. “T’inquiète mec, à l’hôpital maintenant tu pourras mourir d’un infarct...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.