Patrick Juvet, la fête et les larmes

·2 min de lecture

Patrick Juvet avait commencé à 20 ans comme chanteur de variété avant de s’imposer en star du disco grâce au tube « Où sont les femmes ? ». Carrière fulgurante et vie d’excès, il s’est éteint à Barcelone le 1er avril à l’âge de 70 ans.

Pas de nouvelles depuis deux jours et, à chaque appel, son répondeur. Étrange… « D’habitude, confie son agent et confident Yann Idoux, il téléphone quotidiennement. J’ai eu un mauvais pressentiment. J’ai demandé à un ami de se rendre à son domicile à Barcelone. » Francisco a beau frapper à la porte, rien ne bouge. « Il s’était enfermé à double tour, on a dû contacter un serrurier. »

Lire aussi:Patrick Juvet, une carrière en images

À l’intérieur, pas un bruit. Aucune trace de vie dans le vaste salon, ni sur la terrasse avec vue à 360 degrés sur la mer et les divines tours de la Sagrada Familia. Dans la chambre, Patrick Juvet gît étendu. Pas de traces de coups ni d’ecchymoses. Selon les autorités, l’icône du disco serait décédée de « mort naturelle ». « Il avait le cœur fragile, abîmé par une consommation excessive d’alcool », reconnaît son ami Michel Dami. « Une autopsie en cours à l’institut médico-légal lèvera le doute après l’examen du foie et du cœur », explique une employée du tribunal supérieur de Barcelone.

Lire aussi:Mort de Patrick Juvet : les hommages émus des personnalités

Un suicide ? Son agent n’y croit pas : « Il y a trois jours, tout allait bien. » Pas si bien à en croire son amie Josie Foichat, ex-relation publique du Bus Palladium et chez Castel. L’hypocondriaque Patrick lui avait affirmé être atteint d’un cancer des reins : « Opéré il y a deux mois, il disait avoir entamé une chimiothérapie insupportable. » Un récent check-up le dément. Il s’agirait donc d’une fable de plus inventée pour capter l’affection de son entourage. Patrick Juvet vivait mal le temps qui passe et ses effets ravageurs, gommés à coups de bistouri.

(...)
Lire la suite sur Paris Match