Pour Patrick Chesnais, les manifestants criant à la "dictature" sanitaire "sont des dingues"

·2 min de lecture
L'acteur Patrick Chesnais lors d'un
L'acteur Patrick Chesnais lors d'un

PEOPLE - Coup de gueule. Après Alain Souchon, c’est au tour d’un autre artiste, Patrick Chesnais de s’exprimer dimanche 25 juillet, contre les personnes opposées à l’imposition du pass sanitaire contre le Covid-19.

C’est dans la ville de Nice que l’acteur français s’est exprimé contre ces manifestants. Lors d’une manif réunissant plus de 6000 personnes, il a été bloqué par le cortège alors qu’il se promenait dans la rue. A la suite de quoi, le comédien n’a pas gardé sa langue dans sa poche : “Ils font chier tout le monde! Je leur ai fait ça (un doigt d’honneur), ils n’en revenaient pas. Bon, j’avais le masque, ils n’ont pas dû me reconnaître”, a-t-il déclaré au quotidien Nice-Matin.

“Franchement, on se fout de la gueule du monde”

Patrick Chesnais a aussi tenu à s’exprimer sur le fait que plusieurs manifestants affirmaient vivre “en dictature” à cause de l’imposition du pass sanitaire dans les cinémas et les lieux de culture. “Qu’ils arrêtent de parler de dictature. Dictature de quoi ?”, a-t-il demandé dans les colonnes du journal niçois, “Franchement, on se fout de la gueule du monde. Je pense que ce sont des dingues, qui ont de gros problèmes et qui cherchent un exutoire”.

Malgré tout, la colère de l’acteur n’est pas passé inaperçue chez les manifestants. Sur les réseaux sociaux, certains s’en sont pris à lui, en appelant parfois au boycott. “Je l’aimais bien Patrick Chesnais, mais bon c’était avant ces paroles immondes”, dénonce un internaute. “Allez encore un à boycotter”, écrit un autre.

Le comédien n’est pas la seule personnalité à avoir récemment exprimé sa désapprobation face aux opposants au pass sanitaire, et parfois au vaccin. Alain Souchon a ainsi récemment, dans une interview au Télégramme, haussé le ton : “On a la chance de disposer de vaccins mais pas mal de gens hésitent encore ou refusent de se faire vacciner. Il y a d’autres pays plus pauvres dans le monde où les gens voudraient bien mais n’y ont pas accès. C’est extraordinaire ces gens qui n’y connaissent rien mais sont contre, par principe. On vit dans un pays de fous!”, avait-il lancé.

À voir également sur Le HuffPost: Vaccin obligatoire: Aubert compare les soignants à des “soldats du front” qu’on “fusillerait”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles