Patrick Buisson craint "que le deuxième tour soit l'affrontement des marchands de peur"