Patrick Balkany remis en liberté conditionnelle

Dernier jour en prison pour Patrick Balkany. La cour d'appel de Paris a validé ce jeudi 4 août matin la remise en liberté conditionnelle de l'ancien maire de Levallois-Perret qui pourra donc sortir dès ce vendredi. En février dernier, Patrick Balkany, condamné pour fraude fiscale, était retourné en prison, car il n'avait pas respecté les conditions de son placement sous bracelet électronique. Pour ses avocats, rien ne justifiait le maintien en détention de l'ancien baron des Hauts-de-Seine.

Les avocats de Patrick Balkany se félicitent de cette décision. Selon eux, l'ancien maire de Levallois-Perret devait être libéré parce qu'il a 73 ans, des problèmes de santé et surtout parce qu'il a déjà purgé les deux tiers de sa peine.

Six mois après son retour derrière les barreaux, Patrick Balkany devrait sortir demain. Il n'aura plus à porter de bracelet électronique. Mais la cour d'appel de Paris a quand même fixé certaines conditions : le remboursement de la totalité sa dette fiscale : 4 millions d'euros ; l'interdiction de quitter le territoire français sans autorisation du juge ; et justifier du paiement régulier des impôts.

Le tribunal a prévenu Patrick Balkany : au moindre nouvel écart, il retournera en prison, purger sa peine jusqu'au bout, soit jusqu'en avril 2023.

Ce vendredi, Patrick Balkany va regagner son domicile de Giverny en Normandie où l'attend son épouse, également condamnée à de la prison ferme pour fraude fiscale. Une peine qu'Isabelle Balkany n'a jamais exécutée en raison de son état de santé. En février dernier, quand la justice avait ordonné que le couple soit incarcéré, elle avait tenté de se suicider. De retour chez elle après 4 mois à l'hôpital, elle devrait être à nouveau convoquée par le juge.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles