Patrick Balkany fait voter l'augmentation de son indemnité de maire

Romain Herreros
1 / 2

Patrick Balkany fait voter l'augmentation de son indemnité de maire

Patrick Balkany à l'Assemblée nationale en avril 2016.

POLITIQUE - Une rallonge qui n'est pas passée inaperçue. À l'occasion du Conseil municipal de Levallois mercredi 26 septembre, Patrick Balkany a fait voter l'augmentation de 56% de son indemnité de maire, rapporte ce jeudi Le Parisien. Dans le détail, l'édile LR a procédé à une revalorisation de son traitement car il ne cumule plus son mandat de maire avec celui de député des Hauts-de-Seine, en raison de la loi sur le non-cumul.

En 2014, en raison d'une règle plafonnant la rémunération des élus à 8272 euros par mois, Patrick Balkany avait été contraint de raboter son enveloppe de maire, ce qui avait eu pour effet d'augmenter sensiblement le salaire de ses adjoints, l'intéressé ayant alors décidé de partager ce surplus entre ces derniers. L'élu LR était précisément passé de 4257 euros (ce qui correspond à la rémunération la plus forte prévue pour Levallois) à 3075 euros par mois.

Mais comme il a préféré en juin 2017 lâcher son siège de député pour garder sa mairie, Patrick Balkany a donc décidé de revenir à l'indemnité qui était la sienne avant que la règle sur l'écrêtement n'entre en vigueur. Une décision qui n'est pas sans faire grincer des dents du côté de Levallois, dans la mesure où le surplus qui était alors partagé entre 13 adjoints (environs 70 euros mensuels) retourne dans l'enveloppe du seul maire.

"Alors qu'il touche sa retraite de député à taux plein, Patrick Balkany décide d'augmenter son salaire de 56 % au détriment des élus du conseil municipal", peste Arnaud de Courson, élu LR d'opposition, cité par le quotidien. Des critiques que le maire balaie d'un revers de main, expliquant au Parisien que sa retraite de parlementaire n'est pas censé rentrer dans la balance et que sa rémunération répond parfaitement aux critères imposés par la loi.

Pour rappel, Patrick Balkany et son épouse Isabelle ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel pour blanchiment de fraude fiscale aggravée. Cet intime de Nicolas Sarkozy doit également comparaître à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :