Patricia Kaas ingrate ? Didier Barbelivien, auteur de ses 1ers succès, ne cache pas sa désillusion

Une fois qu’ils connaissent le succès, certains artistes perdent pied. Du jour au lendemain, ils prennent la grosse tête et changent de comportement. Didier Barbelivien, que l’on surnomme « l’homme aux 2000 chansons », en sait quelque chose. En quarante ans de carrière, il a collaboré avec de nombreux artistes... plus ou moins reconnaissants. S’il a travaillé avec Johnny Hallyday – pour qui il a composé Elle m’oublie – il a également connu Patricia Kaas, comme il le rappelle dans une interview accordée à Closer, parue dans le numéro en kiosque ce vendredi 14 février. Pour elle, il a écrit l’un de ses titres les plus célèbres : Mademoiselle chante le blues. Sortie en avril 1987, cette chanson atteint rapidement la 7ème place du Top 50. Mais en devenant une star, Patricia Kaas a pris ses distances avec Didier Barbelivien, pourtant à l’origine de son succès…

Un comportement que le principal intéressé a encore du mal à comprendre. Dans un entretien accordé à Closer, paru ce vendredi 14 février, celui qui est aussi connu pour son amitié avec Nicolas Sarkozy regrette d’avoir perdu certains de ses amis artistes, à l’instar de Patricia Kaas : « C’est comme un château de sable, si quelqu’un donne un coup de pied dedans, c’est difficile de le reconstruire à l’identique. Je ne regrette jamais rien en matière artistique. Je regrette la disparition de mes amis, ça oui ! Ça a mis de l’ombre dans ma vie », reconnaît le compositeur auprès de nos confrères. Pour celui qui a contribué aux succès

Retrouvez cet article sur GALA

Le Prince Andrew au bord du précipice : accusé dans l’affaire Epstein, le fils de la reine serait mêlé à une autre affaire de moeurs
Robbie Williams papa pour la quatrième fois : le prénom de son fils est-il un clin d’oeil à Carla Bruni ?
L'acteur Zinedine Soualem annonce la mort de son père dans un message déchirant
James Middleton bientôt marié à Alizée Thevenet : son message de Saint-Valentin est le plus délirant de l’année
Maëlle aux Victoires de la musique à 19 ans : comment elle garde les pieds sur terre