Les patients de l'hôpital al-Chifa de Gaza en danger

Au 37e jour de guerre, les bombardements continuent : selon le Hamas, une frappe aérienne israélienne a "entièrement détruit" le bâtiment du service des maladies cardiaques de l'hôpital al-Chifa, le plus grand de la bande de Gaza. Sans électricité, l'hôpital accueille 650 patients, une quarantaine d'enfants en couveuse, et 15.000 déplacés. L'armée israélienne a indiqué qu'elle aidera à l'évacuation de ces bébés prématurés en danger de mort vers un hôpital plus sûr.

Le siège du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a été bombardé, faisant des victimes parmi les Palestiniens qui s'y étaient réfugiés. Le personnel avait été évacué.

Les attaques israéliennes auraient détruit ou endommagé plus de 260 000 logements, soit 45% des habitations de Gaza.

Le Premier ministre israélien affirme que le Hamas a perdu le contrôle de la partie nord de la bande de Gaza et que le mouvement "n'a plus d'endroit sûr pour se cacher dans cette zone". Benyamin Netanyahu a évoqué aussi la possibilité d'un accord potentiel visant à libérer des otages israéliens.

Pendant ce temps des civils ont été blessés dimanche en Israël par un missile antichar tombé dans le nord du pays, lancé par le Hezbollah depuis le Liban.