Patient bizarre : son pénis se transforme en os

Céline Deluzarche, Journaliste

Au début du mois d’août 2019, les urgences de l’hôpital Lincoln à New York reçoivent un homme de 63 ans se plaignant d’une douleur au genou consécutive à une chute sur un trottoir. Aucun traumatisme n’est détecté, mais comme le patient affirme être tombé sur les fesses, les médecins décident d’effectuer une radio pelvienne. Faute de lui trouver de fracture du bassin, ils découvrent alors avec stupeur une importante déformation de la hanche droite et une calcification complète tout le long du pénis, ce dernier s’étant littéralement transformé en os, comme le rapporte un article à paraître dans la revue Urology Case Reports.

Maladie de La Peyronie : une déformation du pénis invalidante et douloureuse

La calcification du pénis est l’un des symptômes de la maladie de La Peyronie, ou fibrose du pénis, se caractérisant par l’apparition de plaques fibreuses au niveau de l’albuginée, l’enveloppe qui renferme les corps caverneux du pénis. Cette sclérose entraîne une déformation du pénis (courbure, rétrécissement, étranglement ou raccourcissement) et des érections douloureuses. La maladie de La Peyronie toucherait entre 3,4 % et 9 % des hommes, principalement âgés de 55 à 65 ans. Dans 20 % des cas, des calcifications et ossifications se forment, aboutissant à un durcissement du pénis qui devient comme un os. Les cas d’ossification complète sont toutefois extrêmement rares : moins de 40 ont été recensés dans la littérature médicale, d’après l’article d’Urology Case Reports.

Sur cette radio, on observe l’ossification tout le long du pénis. © Richard Assaker et al, Urology Case Reports, 2019.

Des causes encore incertaines

Cette sclérose du corps caverneux est due à une inflammation suivie d’une prolifération de mastocytes et de fibroblastes, puis de l’apparition de collagène de type III moins élastique, ce qui entraîne une rétractation tissulaire. On ignore cependant les causes originelles de l’inflammation. Certains invoquent une répétition de micro-traumatismes ou les...

> Lire la suite sur Futura