Patient bizarre : des champignons hallucinogènes poussent dans ses veines

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

On le sait : manger des champignons peut entraîner la mort. Mais se les injecter dans les veines est tout aussi dangereux, comme l’a appris à ses dépens un patient ayant tenté de s’inoculer des champignons hallucinogènes. Un article prépublié en décembre 2020 dans la revue Journal of the Academy of Consultation-Liaison Psychiatry rapporte ainsi le cas d'un trentenaire admis à l’hôpital dans un état grave de confusion.

Une infusion de champignons hallucinogènes

L'homme souffre de troubles maniaco-dépressifs, et cherche des pistes d’automédication pour traiter ses épisodes dépressifs. Il tombe un jour sur des articles vantant les mérites du microdosage de LSD et de psilocybine, l’ingrédient actif des champignons hallucinogènes. Selon de nombreuses études, cette dernière est connue pour être efficace contre la dépression et l’anxiété. Habituellement, les champignons sont consommés sous forme orale, frais, séchés, cuits ou bouillis dans de l’eau pour réaliser une infusion. Allez savoir pourquoi il décide de s’injecter l’infusion dans les veines, après l’avoir filtrée avec du coton. Peu après, il commence à se sentir mal. Il est atteint de léthargie, de jaunisse, de diarrhées et de nausées, puis commence à vomir du sang. Il est alors découvert par sa famille qui décide d’appeler immédiatement les urgences.

Le champignon a littéralement commencé à pousser dans le sang. © SciePro, Adobe Stock
Le champignon a littéralement commencé à pousser dans le sang. © SciePro, Adobe Stock

Des champignons poussent dans son sang

À son arrivée à l’hôpital, le jeune trentenaire est dans une confusion totale, incapable de répondre à la moindre question. Il souffre d’une insuffisance rénale et respiratoire aiguë, ainsi que d’une grave atteinte cardiaque. Les médecins découvrent alors que le patient souffre d’une infection bactérienne et fongique : les champignons qu’il s’est injectés ont commencé à littéralement proliférer dans son sang, entraînant un choc septique. « Les analyses révèlent la présence de Psilocybe cubensis dans le sang, c’est-à-dire que l’espèce qu’il s’est...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura