Passeports dorés : comment Malte se joue des règles européennes

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Malte est, depuis octobre, dans le viseur de la Commission.
Malte est, depuis octobre, dans le viseur de la Commission.

La politique de passeports dorés du gouvernement maltais se dessine avec plus de précision. Depuis octobre dernier, Malte est sous le coup d'une procédure d'infraction lancée par la Commission européenne pour son programme controversé de « passeports dorés » visant à attirer de riches investisseurs. Contre la somme d'un million d'euros, il est, en effet, possible d'obtenir un passeport maltais, à condition d'avoir résidé dans l'île pendant au moins un an.

Mais cette condition semble loin d'être respectée. En 2017, la journaliste Daphne Caruana Galizia, qui avait creusé la partie maltaise de l'enquête journalistique sur les Panama Papers et avait été à l'origine de révélations sur des scandales impliquant plusieurs proches du Premier ministre Joseph Muscat, est assassinée. Depuis, un consortium de journalistes, nommé Daphne Caruana Galizia Foundation, poursuit son travail d'enquête pour lever le voile sur les abus à répétition de ces passeports dorés sur fond de corruption généralisée.

Un cabinet spécialisé dans les « plans de citoyenneté »

C'est ainsi que le Guardian révèle toute une série d'informations extraites de documents édifiants envoyés à la Daphne Caruana Galizia Foundation. Ces documents sont des milliers d?e-mails internes au cabinet de conseil spécialisé Henley & Partners. Ce cabinet, considéré, selon le Guardian, comme l'inventeur de l'industrie de « plans de citoyenneté » dans plusieurs pays (notamment des paradis fiscaux), a été fondé par l'avo [...] Lire la suite