Passe-temps. Chris Ramsay sur YouTube, ou les bienfaits des casse-tête

The New Yorker (New York)
1 / 2

Passe-temps. Chris Ramsay sur YouTube, ou les bienfaits des casse-tête

Le magicien canadien s’est fait connaître par des vidéos où il montre la résolution de toutes sortes de casse-tête complexes. Un passe-temps salvateur, explique-t-il, qui fait redécouvrir les joies de la concentration.

Changer la couleur d’une carte, faire disparaître des balles en mousse ou faire apparaître une pièce sous une montre-bracelet : les prestidigitations classiques sont expliquées avec pédagogie sur la chaîne YouTube de Chris Ramsay. Mais en plus de donner des conseils aux magiciens en herbe et de réagir aux numéros de ses confrères, le Canadien propose depuis quelques années un autre type de vidéos, la résolution de casse-tête sophistiqués. “Il a trouvé sa vocation lorsqu’il a enregistré une vidéo où il utilisait les astuces de la magie pour déverrouiller un casse-tête en trois dimensions semblable à un cadenas”, un classique récurrent dans le domaine, détaille The New Yorker.

Depuis, les internautes affluent pour le voir résoudre des énigmes toujours plus originales. Il compte aujourd’hui près de 4 millions d’abonnés. Pour la plupart, les objets qu’il dégote sont de fabrication artisanale – Chris Ramsay a d’ailleurs lui-même travaillé comme concepteur d’accessoires pour tours de magie – et certains se démarquent aussi par leurs qualités esthétiques. L’autre particularité de sa large collection de casse-tête, avance-t-il, réside dans le caractère séquentiel des énigmes que ceux-ci recèlent : chaque étape donne accès à une autre. Les vidéos sont montées pour montrer sa façon de réfléchir au problème, mais la résolution peut durer plusieurs heures, et il explique ainsi le succès de sa chaîne :

Les gens aiment bien voir les autres en baver. […] C’est marrant de voir quelqu’un s’arracher les cheveux, parce qu’on se demande toujours comment on s’en sortirait à sa place.”

Sain passe-temps

Sans grande surprise, le confinement

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :