Passe d'arme entre Donald Trump et Apple, qui refuse de débloquer l'iPhone d'un terroriste

1 / 2

Passe d'arme entre Donald Trump et Apple, qui refuse de débloquer l'iPhone d'un terroriste

Petit accroc dans l'idylle de façade entre Tim Cook et Donald Trump. Dans le cadre de l’enquête sur la tuerie de Pensacola, en Floride, le procureur général William Barr a accusé Apple, lundi 13 janvier, de ne pas collaborer avec la justice, en refusant de déverrouiller les deux iPhone du présumé coupable. À la suite de cette déclaration, le président Donald Trump a directement tweeté pour enfoncer l’entreprise californienne.

Dans une rhétorique assez simpliste, Donald Trump a reproché à Apple de ne pas « aider » la justice américaine à traquer les « tueurs, les dealers de drogue et les criminels violents » alors qu’il « a tout le temps aidé [l’entreprise] sur le COMMERCE ». Et pour bien insister, le chef d’État américain n’a pas lésiné sur l’usage des capitales - gage de sa véhémence habituelle.

Œil pour œil, tweet pour tweet ?

Peu après, Apple s’est défendu - adoptant la même ligne de défense qu'il y a trois ans. La société de Tim Cook a répondu que l’entreprise fournissait des « gigaoctets d’information » mais qu’elle refusait de créer une « backdoor » même au nom de la loi, même si le tueur est décédé. L'entreprise californienne argue qu'elle ne veut pas laisser la possibilité à des personnes mal intentionnées de les utiliser ensuite.

« Nous rejetons l'accusation selon laquelle Apple n’aurait pas fourni l’assistance nécessaire à la justice dans le cadre de l’enquête...

Lire la suite sur 01net.com

A lire aussi