«Quand je passais devant, ça me donnait des frissons» : la maison de Marc Dutroux détruite

Vingt-six ans après, la ville de Charleroi décide de raser la maison de Marc Dutroux . Une maison de l'horreur où le monstre a séquestré et même emmuré certaines de ses jeunes victimes. C'est à Marcinelle, quartier de Charleroi, que Sabine Dardenne et Laetitia Delhez ont été découvertes et sauvées de justesse en août 1996. Quatre autres fillettes ou adolescentes n'ont pas eu cette chance, notamment Julie et Mélissa, enlevées en 1995, abandonnées et mortes de faim dans la cave. Les ouvriers ont entamé mardi les travaux de démolition de cette maison de briques rouges de deux étages.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Un vrai soulagement

C'est l'effacement d'un symbole de l'une des pages les plus sombres de l'histoire de la Belgique , au grand soulagement des habitants du quartier rencontrés par Europe 1. Hildegarde a suivi avec apaisement les premières opérations de démolition de cette maison maudite.

Même si elle n’est venue vivre ici que quelques années après l'affaire Dutroux, la mère de famille, habitante de cette rue en bordure de la voie ferrée, reste très marquée par la tragédie. "Quand je passais devant, ça me donnait des frissons, j’avais l’impression de 'sentir' quelque chose", assure-t-elle au micro d'Europe 1. "Ces gamines qui sont mortes de faim... C'était vraiment l’horreur, donc ne plus voir cette maison-là, ça va soulager tout le monde dans le quartier."

Un jardin en mémoire à la place

Une maison qui sera en fait déconstruite presque briq...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles