Passage à tabac en 2015 : le militant d'ultradroite Loïk Le Priol condamné à deux ans de prison ferme

© Benoit PEYRUCQ / AFP

Loïk Le Priol et Romain Bouvier, en détention provisoire pour le meurtre en mars de l'ex-rugbyman argentin Federico Martin Arramburu , ont été condamnés mercredi à Paris à deux et trois ans de prison ferme pour la violente agression en 2015 de l'ancien responsable d'un groupuscule d'extrême droite.

Quatre ans de prison, dont deux ferme

Leurs trois co-prévenus ont été condamnés à des peines allant de deux ans avec sursis à cinq ans dont deux ans ferme, le tribunal judiciaire de Paris retenant pour tous la circonstance aggravante de la préméditation.

En octobre 2015, ils avaient infligé des gifles, de nombreux coups de pied et de poing à Edouard K., ancien dirigeant du Groupe union défense (GUD), à son domicile, l'avaient menacé d'un couteau puis contraint à se déshabiller et à danser, pendant que Loïk Le Priol filmait la scène. Ce militant d'ultradroite, ex-commando marine, a été condamné à quatre ans de prison dont deux ferme, la présidente du tribunal lui attribuant "une position centrale dans les faits".

Gravité des "violences physiques" et de l'"humiliation"

Le tribunal a mis en regard les "motifs futiles" de cette "expédition punitive" avec la gravité des "violences physiques", de l'"humiliation" et les "répercussions considérables" dans la vie de la victime. Il s'agissait de "laver des atteintes à l'honneur et des blessures narcissiques dans le cadre d'un châtiment collectif", a résumé la présidente.

La peine prend toutefois en compte l'"altération du discernement" de Loï...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles