Pass vaccinal: Sylvain Waserman s'explique sur le "champagne"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Sylvain Waserman
    Personnalité politique française

POLITIQUE - Une petite phrase qui a fait tiquer. En plein examen des amendements au projet de loi instaurant le pass vaccinal dans la soirée du vendredi 14 janvier, le vice-président (Modem) de l’Assemblée nationale Sylvain Waserman a demandé à un membre de l’hémicycle si du champagne était “au frais” après l’adoption d’un amendement. Problème, son micro était ouvert, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Il était alors près de minuit. Les députés, réunis depuis plusieurs heures pour la deuxième lecture du texte, devaient voter les 450 amendements déposés avant de pouvoir le renvoyer au Sénat. “Nous passons à un amendement rédactionnel qui a un avis favorable. Pour? contre? Adopté merci. Madame Ménard le 110”, a débité Sylvain Waserman. Avant de se retourner et demander: “T’as le champagne au frais?”

Cette séquence n’a pas manqué de faire réagir. Le député Rassemblement national Nicolas Meizonnet a ainsi tweeté: “Cette phrase m’avait échappé. On fête quoi au juste, M. le Président? La victoire de Macron et de son irrépressible envie d’emmerder les Français? La fin de nos libertés? Incroyable un truc pareil!”

“La Macronie sort le champagne pour le vote du pass vaccinal qui va exclure les non vaccinés de la vie sociale et fracturer notre société sans limiter les contaminations”, renchérit le porte-parole du parti Julien Odoul.

Même indignation du côté de Thomas Portes, ancien porte-parole de Sandrine Rousseau qui a depuis rallié Jean-Luc Mélenchon. Il dénonce l’“indécence et le mépris absolu” du vice-président.

Sur le réseau social, de nombreux internautes ont également fait part de leur mécontentement et ont apostrophé Sylvain Waserman. Pour tenter d’éteindre le début d’incendie, ce dernier s’est justifié en répondant à plusieurs d’entre eux aux alentours de 4h40 du matin, peu après l’adoption du texte en deuxième lecture par l’Assemblée après une nouvelle nuit agitée.

“Aucune condescendance: la question était de savoir si nous avions atteint ou pas la moitié des amendements à minuit. Rien de plus!”, “je ne fête rien, la seule question était de savoir si nos débats avanceraient suffisamment pour pouvoir atteindre la moitié des amendements à minuit. Rien de plus!”, “Erreur d’interprétation!!!!! Je ne bois que des bulles d’eau gazeuse”, a-t-il notamment répondu.

Ce samedi 15 janvier, le texte doit repasser au Sénat, avant une adoption définitive par l’Assemblée nationale attendue dimanche.

À voir également sur Le HuffPost: Pass vaccinal: retour sur une semaine de tension à l’Assemblée nationale

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles