Pass vaccinal : ces professionnels qui refusent la troisième dose

·1 min de lecture

Une nouvelle obligation difficile à avaler pour ces professionnels. En marge de la visite du Premier ministre Jean Castex au Mans, dans la Sarthe, des professionnels se sont rassemblés pour montrer leur opposition à se voir injecter une troisième dose de vaccin anti-Covid-19, obligatoire à partir du 30 janvier pour les soignants et les pompiers. Une mesure que le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncée ce matin, au lendemain de l'annonce de nouvelles restrictions sanitaires. Mais pour quelques opposants à la vaccination, cette mesure d'Olivier Véran a provoqué l'indignation. Europe 1 est allée à leur rencontre.

 

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

"Le 30 janvier, je vais abandonner mon travail", tonne d'abord Julie, infirmière, qui refuse la dose de rappel face au Covid-19. À ses côtés se tient Nathalie, ex-animatrice pour enfants depuis qu'on lui a demandé de se faire vacciner. "On m'a dit "Tu refuses, tu seras suspendue'. Je me suis mise en arrêt maladie parce que j'ai subie pas mal de pressions psychologiques", souligne-t-elle au micro d'Europe 1.

Changer ses méthodes de vie

L'ancienne animatrice a même décidé de retirer ses deux enfants du collège et de leur faire cours à la maison, pour s'éloigner de cette pression. Thierry est lui aussi déjà astreint à résidence. "Quand on n'a pas le pass, qu'est-ce qu'on peut faire ? On ne peut pas aller au restaurant, on ne peut pas aller au cinéma. Il y a plein de choses qu'on nous interdit"...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles