Pass vaccinal : «Il faut mettre la pression» sur les non-vaccinés, affirme Nathalie Élimas

·1 min de lecture

Adopté en Conseil des ministres lundi, le projet de loi qui transforme le pass sanitaire en pass vaccinal , est examiné depuis mercredi à l'Assemblée nationale . Alors que le Conseil d'État émet des réserves sur ce nouveau pass affirmant qu'il pourrait être "susceptible de porter une atteinte particulièrement forte aux libertés", "il faut mettre la pression sur celles et ceux qui ne sont pas encore vaccinés", affirme Nathalie Élimas , secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, chargée de l'Éducation prioritaire, sur Europe 1.

5 millions de Français non-vaccinés

"Vous savez, il y a 5 millions de Français qui ne sont pas vaccinés", lance-t-elle à Lionel Gougelot sur Europe 1. "Quand on regarde ce qu'il se passe dans les hôpitaux , il y a 70% des personnes hospitalisées qui ne sont pas vaccinées donc oui il faut mettre la pression sur celles et ceux qui ne sont pas encore vaccinés", a-t-elle poursuivi. 

Selon la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale, il existe trois catégories de personnes non-vaccinées : "ceux qui sont dans l'hésitation", "ceux qui sont éloignés de la vaccination" puis "les réfractaires". 

>> Retrouvez l'entretien tous les matins à 8h13 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

Un pass vaccinal qui sera peut-être bientôt nécessaire pour l'accès aux loisirs, aux bars et restaurants, aux foires ou encore aux transports ferroviaires. Si le Conseil d'État craint "une atteinte a...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles