Le pass vaccinal a embrasé l'Assemblée, retour sur une semaine tendue

·1 min de lecture

ASSEMBLÉE - Après trois jours de débats tumultueux, alimentés par des propos controversés d’Emmanuel Macron, prêt à “emmerder” les non-vaccinés, l’Assemblée nationale a adopté jeudi 6 janvier, au petit matin, le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal (en première lecture).

Annoncé mi-décembre par l’exécutif face à l’épidémie galopante de Covid-19, le texte a été approuvé à 5H25 par 214 voix pour, celles de la majorité et d’une partie des LR et du PS. Ils ont été 93 députés à se prononcer contre, dont la gauche de la gauche, le RN, et 3 dissidents LREM. Vingt-sept se sont abstenus.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, il aura fallu plusieurs soirées de débats interrompus, de suspensions, de joutes verbales, agrémentés des propos du président de la République sur les non-vaccinés, pour que les députés votent le texte.

Le projet de loi doit désormais être examiné par le Sénat dominé par la droite en début de semaine prochaine, pour une entrée en vigueur que le gouvernement voulait au 15 janvier mais qui devrait être repoussée de quelques jours.

À voir également sur Le HuffPost: Macron, avant de vouloir “emmerder” les non-vaccinés, prônait la “tolérance”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles