Le pass vaccinal conduit à un "plus grand enfermement" des Français, selon Marine Le Pen

·2 min de lecture
Marine Le Pen, en déplacement à Mayotte  - ALI AL-DAHER / AFP
Marine Le Pen, en déplacement à Mayotte - ALI AL-DAHER / AFP

Le pass vaccinal qui va supplanter le pass sanitaire pour inciter les Français à se faire vacciner va conduire à un "plus grand enfermement" des Français, a déploré samedi Marine Le Pen en marge d'un déplacement à Mayotte.

Pour faire face à la montée du variant Omicron, un projet de loi sera présenté "début janvier" pour transformer le pass sanitaire en pass vaccinal, a annoncé vendredi soir le Premier ministre Jean Castex. Pour entrer dans les lieux soumis à ce pass (restaurants, lieux de culture, de loisirs...), un test négatif ne suffira plus: il faudra forcément avoir été vacciné (ou guéri du Covid) et avoir reçu une dose de rappel.

"C'est donc une obligation vaccinale. Ce qu'on nous a absolument promis de ne pas faire est en train de se réaliser (...) toujours dans le sens d'un plus grand enfermement des Français, d'une perte de plus en plus lourde de nos libertés individuelles", a déploré devant la presse la candidate à la présidentielle du Rassemblement national, qui était déjà opposée au pass sanitaire.

Elle a fustigé "l'incurie du gouvernement, qui a supprimé 5700 lits en pleine crise sanitaire, qui a mis au ban 15.000 soignants interdits de travailler parce qu'ils n'étaient pas vaccinés même s'ils démontraient par des tests qu'ils n'étaient pas porteurs du virus".

"Pas de sens sanitaire" pour Marine Le Pen

Marine Le Pen a aussi jugé la situation "très inquiétante" pour "la démocratie (et) la suite de la campagne" présidentielle avec les meetings envisagés. Le RN a prévu un grand meeting à Reims mi-janvier puis des réunions publiques de petite taille.

876450610001_6287473335001

Interrogée sur les patients en réanimation qui pour la majorité ne sont pas vaccinés, elle a répondu : "qu'il y ait des gens qui soient en réanimation est une chose, mais qu'on soit obligé d'enfermer les gens, de les menacer de mort sociale s'ils ne sont pas vaccinés et qu'ils ne sont pas porteurs" en est une autre.

"Ceci n'a pas de sens sanitaire", a estimé la responsable d'extrême droite. "Il y a là encore une fois la démonstration de l'amateurisme, de l'incurie et peut-être même du cynisme du gouvernement".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles