Pass sanitaire : le Sénat veut imposer une "clause de revoyure"

·1 min de lecture

Pas de blanc-seing jusqu'à l'été : le Sénat dominé par l'opposition de droite s'apprête à introduire jeudi une "clause de revoyure" dans le projet de loi incluant le pass sanitaire, qui imposerait au gouvernement de repasser devant le Parlement avant fin février. Présenté par le gouvernement comme une "boîte à outils", le texte vise à prolonger au-delà du 15 novembre la possibilité de recourir au pass sanitaire et toute une batterie de mesures pour freiner l'épidémie de Covid-19, dans le cadre d'un régime post-crise jusqu'au 31 juillet 2022.

>> LIRE AUSSI -La culture est boudée par les Français, la faute au pass sanitaire ?

Adopté en première lecture la semaine dernière à l'Assemblée nationale à l'issue de débats agités, le texte arrive jeudi dans l'hémicycle du Sénat pour qui, souligne son président LR Gérard Larcher, "il n'est pas question de donner un blanc-seing jusqu'au 31 juillet 2022, il faut que ça soit sous le contrôle du Parlement".

Pass sanitaire : "trois mois et demi ça va, huit mois et demi c'est trop"

Les sénateurs ont largement réécrit le texte en commission et ont adopté la proposition du rapporteur Philippe Bas (LR) de prolonger les dispositions jusqu'au 28 février seulement. A charge au gouvernement de revenir devant le Parlement pour poursuivre au-delà, si la situation sanitaire l'exigeait. Le rapporteur considère que "trois mois et demi ça va, huit mois et demi c'est trop". 

Un état d'esprit globalement partagé par les sénateurs. "Le gouvernement nou...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles