Pass sanitaire: Olivier Véran se refuse à évoquer toute date de fin du dispositif

·2 min de lecture
Le ministre de la Santé Olivier Véran à Station F, le 18 octobre 2021 à Paris - Eric PIERMONT © 2019 AFP
Le ministre de la Santé Olivier Véran à Station F, le 18 octobre 2021 à Paris - Eric PIERMONT © 2019 AFP

Au lendemain de l'allocution d'Emmanuel Macron, le ministre de la Santé Olivier Véran s'est refusé mercredi à évoquer tout calendrier de suppression du pass sanitaire, défendant la décision de contraindre les personnes âgées à recevoir un rappel de vaccin anti-Covid pour continuer à bénéficier de ce pass.

"À quand la suppression du pass sanitaire? Aujourd'hui nous faisons face à une recrudescence de l'épidémie et ce n'est certainement pas le moment de se poser la question", a déclaré le ministre devant les sénateurs, au lendemain de l'annonce d'un durcissement de ce pass.

Élargissement de la campagne de rappel

Emmanuel Macron a annoncé mardi qu'à partir de mi-décembre, les plus de 65 ans devront avoir reçu un rappel de vaccin anti-Covid, généralement qualifié de "troisième dose", pour continuer à utiliser le pass. La campagne de rappel sera par ailleurs bientôt élargie à tous les Français de plus de 50 ans.

Ce rappel est proposé depuis septembre aux plus âgés pour compenser la perte d'efficacité des vaccins constatée au fil du temps. Les personnes à risque (obèses, diabétiques...) et les soignants y ont aussi droit, mais ne sont pas concernés par le durcissement du pass.

Cette nouvelle contrainte était souhaitée par plusieurs épidémiologistes, mais elle fait aussi l'objet de critiques d'une partie du monde médical et politique.

L'Académie de médecine s'était ainsi opposée fin octobre à un durcissement pour les plus de 65 ans, arguant qu'une telle contrainte serait discriminante et outrepasserait les rôles initialement dévolus au pass: inciter les non-vaccinés à franchir le pas, et limiter la transmission du virus.

876450610001_6281230393001

Limiter les contaminations

Olivier Véran s'est inscrit mercredi en faux contre ce dernier point. Selon lui, le durcissement du pass est susceptible de limiter les contaminations en évitant à des personnes âgées insuffisamment immunisées de propager le virus.

"La logique (du) pass sanitaire, c'est quoi? C'est que, lorsque vous rentrez dans un lieu public avec du monde, notamment un lieu fermé, vous avez un moindre risque d'être contaminé vous-même et de contaminer les autres", a-t-il détaillé.

"Si on considère qu'au bout d'un moment, la protection conférée par un vaccin est moins importante, il est logique du coup de restreindre l'accès au pass sanitaire", a-t-il conclu.

Le lien entre pass sanitaire et ralentissement des contaminations n'est toutefois pas avéré. Certains pays, comme le Royaume-Uni, ont observé un rebond épidémique après l'avoir supprimé, mais cet allègement était accompagné de la levée d'autres contraintes, rendant difficile d'établir un rapport de cause à effet.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles