Pass sanitaire: de nombreuses plaintes contre Castex, Véran et d'autres ministres classées sans suite

La Cour de justice de la République (PHOTO D'ILLUSTRATION). - KENZO TRIBOUILLARD / AFP
La Cour de justice de la République (PHOTO D'ILLUSTRATION). - KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Plus de 19.000 personnes avaient déjà été déboutées. La Cour de Justice de la République annonce ce jeudi avoir classé sans suite 206 nouvelles plaintes dirigées contre l'ex-Premier ministre Jean Castex et les ministres Olivier Véran, Jean-Michel Blanquer et Jean-Baptiste Djabbari depuis le mois de janvier. Celles-ci visaient à protester contre l'instauration du pass sanitaire.

Par ailleurs, 149 autres plaintes à l'encontre du ministre de la Justice, Eric-Dupond-Moretti, ont reçu la même réponse. En cause: des propos que le garde des Sceaux a tenus en novembre dernier, sur le plateau du "Forum radio J".

"Ceux qui refusent les vaccins, ces 'jusqu'au boutistes', en réalité sont une faille dans notre système. (...) On me parle de liberté en nous expliquant que ces dispositions, notamment le pass sanitaire, sont liberticides, comme si la liberté permettait aux gens de contaminer les autres et donc de tuer", avait formulé Eric Dupond-Moretti à cette occasion.

Fabrice di Vizio, avocat des anti-pass

Toutes ces plaintes avaient été automatiquement transmises via un formulaire. À l'origine de cette idée: l'avocat Fabrice di Vizio, figure des opposants au pass sanitaire, défendant régulièrement des militants anti-vax et ne cachant pas de vives prises de position anti-gouvernement.

Il représente notamment Didier Raoult, directeur très contesté de l'IHU d'Aix-Marseille, et a par ailleurs fait l'objet d'une procédure de la commission de déontologie du Conseil de l'ordre du Barreau de Paris.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles