Pass sanitaire: Macron dénonce l'agression "intolérable" du député LaREM de St-Pierre et Miquelon

·1 min de lecture
Emmanuel Macron, le 4 décembre 2021, à Jeddah - Thomas SAMSON
 © 2019 AFP
Emmanuel Macron, le 4 décembre 2021, à Jeddah - Thomas SAMSON © 2019 AFP

876450610001_6290908760001

Une attaque "intolérable" et inacceptable". Emmanuel Macron a dénoncé ce lundi l'agression de Stéphane Claireaux, député LaREM de Saint-Pierre-et-Miquelon, visé dimanche par des projectiles devant son domicile par des manifestants contre le pass sanitaire.

"Nous avons vu l'intensification des violences" contre les élus, a déploré le chef de l'État devant des élus et des associations à Nice, en évoquant la possibilité de recueillir les plaintes sur le terrain pour certaines victimes, dont les femmes victimes de violences conjugales et les élus agressés.

Le député visé veut porter plainte

Stéphane Claireaux a raconté à France Info qu'il attendait les manifestants, qui devaient passer "devant (son) domicile", "afin de pouvoir discuter avec eux".

"Il y avait une voiture qui était chargée d'algues, de goémon (ensemble d'algues), et les gens ont commencé à m'en lancer à la figure. Cela ressemblait à une lapidation. Ma femme est venue me rejoindre sur le perron de la maison. J'ai évité à 5 centimètres près un galet qui nous est passé près de la figure", a-t-il poursuivi. 876450610001_6290869357001

Le député a annoncé son intention de porter plainte. "Certains peuvent penser qu'on ne prend pas les bonnes décisions. On reçoit tous des menaces de mort par mail, à un moment donné, il faut que ça s'arrête", a déclaré l'élu.

Cette agression a eu lieu quelques jours avant l'instauration, mercredi, du pass sanitaire à Saint-Pierre-et-Miquelon, collectivité de quelque 5900 habitants située au large de la côte orientale du Canada.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles