Un "pass 2G+", sans passer par l'Assemblée? Le gouvernement se réserve cette possibilité

·3 min de lecture
Olivier Véran, le ministre de la Santé, le 29 décembre 2021 devant la commission des lois de l'Assemblée nationale. (Photo: Assemblée nationale)

Le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé qu'il s'agissait d'une "question légitime" qui doit pouvoir s'opérer "par voie de décret".

PASS - Les députés ont adopté en commission le projet de loi “renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire” dans la nuit du mercredi 29 au jeudi 30 décembre. Il prévoit notamment le remplacement du pass sanitaire par le pass vaccinal, c’est-à-dire l’obligation d’être vacciné pour accéder aux lieux actuellement soumis au pass sanitaire.

Mais cela suffira-t-il pour endiguer la cinquième vague du variant Omicron ? Le gouvernement propose de se réserver la possibilité d’exiger un “cumul de justificatifs”, soit un test négatif en plus de la vaccination, lorsque “l’intérêt de la santé publique et l’état de la situation sanitaire” le justifieraient.

“Faut-il aller, comme les allemands, vers un ‘pass 2G+’, c’est à dire à la fois la vaccination et la présentation d’un test négatif, dans les lieux qui sont véritablement les plus à risque pour en éviter la fermeture ?, s’est interrogé le ministre de la Santé ce mercredi 29 décembre devant les parlementaires.

“C’est une question légitime et qui doit pouvoir s’opérer, si il était nécessaire de le faire, par voie de décret, a-t-il ajouté, excluant de facto une éventuelle discussion à ce sujet à l’Assemblée. Elle ne nécessite pas de base législative. C’est pourquoi elle n’est de toute façon pas abordée dans ce projet de loi gouvernemental”.

Une proposition qui s’inspire de mesures déjà en vigueur en Allemagne, en Suisse ou en Autriche. Dans ces pays, le pass vaccinal est actif depuis plusieurs semaines, sous la forme d’une règle appelée 2G: “geimpft” (vacciné) ou “genesen” (guéri).

En Allemagne, la règle 2G+

Mais certains lieux vont plus loin, imposant la règle 2G+: un pass vaccinal accompagné d’un test négatif. Toutefois, si la personne a déjà reçu sa troisième dose, un certificat de vaccination suffit. 

Même si le risque est réduit par rapport aux non-vaccinés, cette mesure part du constat que les personnes vaccinées peuvent aussi être infectées.

Mais quels sont les lieux qui seraient concernés? Selon l’épidémiologiste Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale de Genève, interrogé par Le Parisien, il pourrait s’agir des “bars, restaurants, discothèques, clubs de fitness ou TGV pendant au moins 3 heures”, ce qui est déjà le cas chez nos voisins germanophones.

Le projet de loi sur le pass vaccinal sera discuté lundi 3 janvier dans l’hémicycle de l’Assemblée, puis au Sénat à partir du 5 janvier, pour une mise en oeuvre du pass le 15 janvier.

À voir également sur Le HuffPost: En réanimation et sous oxygène, ce non-vacciné évoque sa prise de conscience

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Je le crie avec force : la vaccination est une obligation"

LIRE AUSSI :

Les prochaines étapes pour le texte sur le pass vaccinal adopté en commission

"Je leur ai dit cinquante fois de se faire vacciner contre le Covid", confie Luc Ferry sur les Bogdanoff

undefined undefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles