"Il a passé mon enfance à me persécuter" : les étonnantes confidences d'Amélie Nothomb sur son frère aîné

Alexandre Fay

30 ans après la publication de son premier roman, Hygiène de l'assassin, en 1992, Amélie Nothomb est toujours au rendez-vous de la rentrée littéraire, avec cette fois Le livre des sœurs, son dernier ouvrage. Un roman qui rend hommage à son aînée, Juliette Nothomb, elle aussi écrivaine. "Ma soeur et moi nous aimons d'un amour plus fort que tout, aussi inexplicable qu'absolu", explique Amélie Nothomb dans les colonnes de Paris Match. "Juliette raconte que dès qu'elle m'a vue à la maternité, elle a eu une révélation. J'ai la chance d'avoir toujours vécu dans un monde où ma sœur m'aimait. Il n'y a pas de cadeaux plus précieux". La complicité est telle entre les deux sœurs qu'elles ont vécu ensemble pendant de nombreuses années. "J'ai habité avec elle jusqu'à mes 30 ans", se souvient Amélie Nothomb, qui ne partage pas une relation aussi fusionnelle avec son frère aîné. "Petite, je le considérais comme l'ennemi public numéro 1", confie l'écrivaine à propos d'André. La raison de cette rivalité ? "Avant que je naisse, il avait fait de ma sœur sa créature. Alors, je n'exclus pas ensuite qu'il y ait eu un duel entre lui et moi pour remporter les faveurs de la dame. C'est certainement parce que j'ai gagné qu'il a passé mon enfance et mon adolescence à me persécuter", explique la romancière qui précise cependant à propos de son frère : "Aujourd'hui, c'est un bon garçon".

Amélie Nothomb : lucide concernant son succès

Si Amélie Nothomb a le vent (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Orages en Corse : Alizée dévoile des images impressionnantes des dégâts dans son jardin
Mort de Marion Campan : ces mots poignants de sa compagne dans OPJ qui en disent long sur la cause de son décès
Mireille Mathieu : ses rares confidences sur son amitié avec Vladimir Poutine
Linda Evangelista défigurée : elle sort du silence et évoque sa santé mentale perturbée
Christine Bravo : victime des orages en Corse, elle s'en prend violemment à Gérald Darmanin