Pascal Praud ne reconnaît plus la France dans laquelle il a grandi

·1 min de lecture
Pascal Praud, en mars 2020.

Interrogé dans les colonnes du « Parisien », le journaliste de CNews balaye les critiques le concernant ou visant la chaîne du groupe Canal +.

Difficile de passer à côté de Pascal Praud et de CNews ces derniers mois. Journaliste vedette de la chaîne du groupe Canal +, Pascal Praud contribue aux bonnes audiences avec son émission L'Heure des pros. Interrogé dans les colonnes du Parisien, le journaliste vante les mérites du casting de CNews.

« Il y a de vraies incarnations ici. Nous ne sommes pas des marionnettes. Et puis certains sujets abordés n'étaient pas ou peu traités. On a été les premiers en télé à parler de la tribune des militaires, par exemple. Tout le monde l'a traitée ensuite. On a une liberté de ton qu'on ne retrouve pas ailleurs, avec des personnalités qui n'hésitent pas à être cash », assure-t-il en citant Éric Zemmour ou Laurence Ferrari.

À LIRE AUSSI« Les journalistes ne sont pas chargés de réhabiliter la parole politique ! »

« Qu'on pense que je suis d'extrême droite, c'est dingue ! »

Se disant « ni flatté ni agacé » de faire autant parler, il préfère ironiser sur les chiffres concernant son salaire (« 25 000 euros ? 70 000 tant que vous y êtes ! »). Pascal Praud se montre par contre volubile au moment d'évoquer ses idées politiques. « Qu'on pense que je suis d'extrême droite, c'est dingue ! » balaye-t-il, ajoutant, sans dévoiler pour qui il vote : « Je suis hyperconservateur sur la culture, l'histoire, l'autorité et la sécurité. Je ne reconnais plus la France dans laquelle j'ai grandi. Parce que la transmission ne s'est pas faite. Je suis aussi très progressiste sur les sujets de so [...] 

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles