Pascal Gentil, double médaillé olympique: "Quand je me blessais, je devais demander sa carte Vitale à un ami"

Pascal Gentil a une sacrée poigne ! Il faut dire que le colosse double médaillé olympique de taekwondo (2000 et 2004) a porté haut les couleurs de la France et s'apprête à livrer un nouveau combat : préparer l’accueil des délégations pour les Jeux olympiques pour le compte de son employeur, le Groupe ADP. "J’ai représenté la France et mon bonheur était de remporter des médailles d’or. Cela m’a permis de développer un réseau. Le milieu de l’entreprise s’intéresse de plus en plus aux sportifs et c’est une bonne nouvelle car les sportifs en ont besoin", résume-t-il au micro de Capital, en marge de LaREF 2023 organisée par le Medef.

"Il faut prendre conscience qu'il n'y a que 1 ou 2% des sportifs de haut niveau qui vivent de leur sport, ce sont en fait souvent des amateurs qui ont besoin que l’on finance leurs entraînements, leurs déplacements. Être sportif professionnel, c’est une vraie entreprise à mettre en place", ajoute Pascal Gentil qui a fait des études d’hôtellerie, et a "beaucoup travaillé dans la sécurité privée avant de faire un master à l’Essec comme Tony Estanguet pour continuer dans ma carrière post-sportive".

D'ailleurs, la France commence à rattraper son retard en matière d’accompagnement des sportifs. "Quand je me blessais, je devais demander sa carte Vitale à un copain car je n’avais pas de couverture sociale. Vous vous rendez compte ? On est en France. Aujourd’hui, il existe le statut de haut niveau, on donne plus de reconnaissance au sport, mais on vient de tellement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite