Pas de paix en Syrie tant que l'Iran y sera présent, dit Netanyahu

Il ne pourra jamais y avoir de paix en Syrie tant que l'Iran maintiendra une présence dans ce pays, a déclaré jeudi à Moscou le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à son hôte russe Vladimir Poutine. /Photo prise le 9 mars 2017/REUTERS/Pavel Golovkin

JERUSALEM (Reuters) - Il ne pourra jamais y avoir de paix en Syrie tant que l'Iran maintiendra une présence dans ce pays, a déclaré jeudi à Moscou le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à son hôte russe Vladimir Poutine.

"Nous avons discuté longuement de l'Iran, de ses objectifs et intentions en Syrie, et j'ai dit clairement qu'il ne pourrait pas y avoir d'accord de paix en Syrie tant que l'Iran y serait présent et afficherait l'intention de détruire Israël", a dit le chef du gouvernement.

L'Iran, grand adversaire d'Israël, est allié de longue date au régime syrien et soutient Bachar al Assad dans la guerre civile en cours depuis 2011.

"Il ne pourra pas y avoir de paix tant qu'ils (les Iraniens) poursuivront la guerre, et par conséquent il faut qu'ils partent (de Syrie)", a dit Benjamin Netanyahu à la presse à Moscou.

La Russie, autre allié de Damas, est en mesure de jouer un rôle de premier plan dans la conclusion d'un accord sur l'avenir de la Syrie. Les négociations menées à Genève, les premières depuis un an, se sont achevées la semaine dernière sans avancée.

Les dirigeants israéliens sont préoccupés par l'influence croissante qu'exerce l'Iran depuis le début du conflit en Syrie, soit au moyen des Gardiens de la Révolution, soit par des milices chiites alliées, comme le Hezbollah libanais.

L'Iran assure que ses forces sont en Syrie pour défendre les sanctuaires chiites. En novembre, cependant, le chef d'état-major des forces armées iraniennes a déclaré que la République islamique pourrait à l'avenir implanter des bases navales au Yémen ou en Syrie.

L'an dernier, le président de la commission israélienne des Affaires étrangères et de la défense, Avi Dichter, a affirmé que l'Iran avait tenté à plusieurs reprises par le passé de déployer des forces sur les hauteurs du Golan, près du territoire conquis par Israël en 1967. Ces efforts-là ont été mis en échec, a-t-il dit sans plus de précisions.

Selon Benjamin Netanyahu, les forces israéliennes ont mené plusieurs dizaines de frappes pour empêcher que des armes soient acheminées via la Syrie au Hezbollah.

Voici deux ans, Israël et la Russie sont convenus de coordonner leurs opérations militaires concernant la Syrie, afin d'éviter des échanges de tirs accidentels.

(Ori Lewis, Eric Faye pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages