Pas-de-Calais : Il veut extorquer de l'argent à sa grand-mère et la violente pour la quatrième fois

Un homme a été renvoyé en prison pour deux ans après s’en être physiquement pris à sa grand-mère pour la quatrième fois. (Photo d'illustration : Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Un homme a été jugé après avoir agressé sa grand-mère pour obtenir sa carte bancaire. Le récidiviste a été condamné une quatrième fois pour ces faits.

Un homme, âgé de 39 ans, était une nouvelle fois jugé pour des violences sur sa grand-mère, dans le Pas-de-Calais. L'individu avait été condamné en 2016 à trois ans de prison, dont deux ans ferme, pour avoir extorqué 50 000 euros en cinq ans à ses grands-parents pour s’acheter de la drogue. Il n'avait alors pas hésité à violenter sa grand-mère, rapporte La Voix du Nord.

L'homme a récidivé la semaine dernière. Il s'est rendu au domicile de sa grand-mère, âgée de 85 ans, et a cassé du mobilier, de la vaisselle avant de la violenter pour obtenir sa carte bancaire. Dimanche, l'agresseur est entré de force toujours dans l'idée de repartir avec de l'argent.

Les policiers qui ont pu retrouver l'individu quelques dizaines de minutes plus tard et ont été victimes de plusieurs coups. Deux fonctionnaires ont ainsi reçu 3 et 5 jours d'ITT.

Prison ferme

"Je n’aurais pas dû aller chez ma grand-mère… J’ai pété un câble, je m’en veux […] Je n’ai plus qu’elle, c’est elle que j’ai de plus cher au monde", a-t-il alors déclaré lors de son jugement.

Si le prévenu n'a pas pu justifié ce "pétage de plomb", son avocate a évoqué "sa grande souffrance depuis ses huit ans, avec le suicide de son père le jour de son anniversaire" et sa "grande précarité sociale et psychologique".

Il a été condamné à trois ans de prison dont un avec un sursis probatoire avec un maintien en détention et a interdiction de se rendre au domicile de ses grands-parents. Concernant les policiers, la question des dommages et intérêts sera étudiée le 4 mai.

VIDÉO - Maison de l'horreur dans le Pas-de-Calais: les parents placés sous contrôle judiciaire