Pas-de-Calais : un centre d'accueil des auteurs de violences conjugales pour éviter la récidive

Au Centre Clotaire d'Arras, dans le Pas-de-Calais, des hommes condamnés par la justice pour avoir frappé leurs femmes se réunissent autour d'une table. Face à eux se trouvent des photographies de victimes, le visage tuméfié. Une éducatrice les met face à la gravité de leurs actes. L'objectif, provoquer chez eux un électrochoc. "Je n'ai pas su m'arrêter, j'étais déjà parti de chez moi parce qu'il y avait beaucoup de tensions, et je ne voulais pas en arriver là. J'aurais peut-être dû me faire aider", confie l'un des hommes autour de la table.

Des stages de responsabilisation "Il faut assumer ce qu'on a fait. Par la suite, on se remet beaucoup plus en question", assène un autre homme. À Arras, éducateurs et psychologues accompagnent les auteurs de violences conjugales afin d'éviter qu'ils ne récidivent. Avec un constat, le déni dans lequel beaucoup se réfugient. C'est la première fois qu'un père de quatre enfants, marié depuis vingt-trois ans, frappait son épouse. Il a été contraint par les juges de suivre un stage de responsabilisation au Centre.