“Partygate” : un Boris Johnson très affaibli sauve son poste

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
JUSTIN TALLIS / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

“Boris Johnson s’accroche à son poste de premier ministre”, écrit The Guardian. Enlisé depuis des mois dans l’affaire du “partygate”, le chef du gouvernement britannique a survécu lundi 6 juin à un vote de défiance, dont il est cependant ressorti “très affaibli”. Il a obtenu le soutien de 211 députés, mais 148 ont voté contre lui.

“Il s’agit du pire verdict jamais rendu contre un Premier ministre en exercice par son propre parti”, relève le journal, qui note que “41 % des tories ont voté pour son éviction”, et évoque “une rébellion d’une ampleur inattendue”.

Boris Johnson a déclaré aux députés que sa victoire mettrait fin à des mois de spéculation sur son avenir et qu’il pourrait désormais se concentrer pleinement sur la mise en œuvre des politiques, en laissant entrevoir la possibilité de futures réductions d’impôts.

“C’est un très bon résultat pour la politique et le pays. C’est un résultat convaincant, un résultat décisif”, a-t-il dit.

Toutefois, souligne le Financial Times, le vote “a révélé l’ampleur des divisions et de l’animosité” au sein de sa formation, et “laisse son autorité gravement compromise”.

Un avenir politique incertain

“Si Boris Johnson et ses alliés ont revendiqué le vote comme une victoire, de nombreux députés conservateurs, dont certains de ses partisans, pensent que cette tentative de coup marque le début de la fin de son mandat de trois ans”, prévient The Guardian. Avec un si grand nombre de membres de son parti ayant voté contre lui, le Premier ministre a effectivement perdu le soutien de la majorité au Parlement, “avec le risque que son gouvernement soit paralysé”.

Selon les règles actuelles, Boris Johnson “est théoriquement à l’abri d’une autre remise en cause de son leadership pendant un an”, explique le quotidien.

Le dirigeant de 57 ans est désormais “face à un avenir politique incertain”, met pour sa part en garde The Independent. Car un “flux constant” de députés conservateurs appellent publiquement à sa démission, depuis la publication d’un rapport d’enquête sur les fêtes clandestines au 10 Downing Street, en violation des restrictions sanitaires. “Et leurs préoccupations vont bien au-delà”, qu’il s’agisse de la politique menée par Boris Johnson, “avec une charge fiscale au plus haut en soixante-dix ans”, et les interrogations “concernant son style de leadership”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles