Avec les partisans de Donald Trump, entrés en résistance après l'issue de la présidentielle américaine

·1 min de lecture

Evidemment ce n'est pas tout à fait ce que l'on imaginait. Les Proud Boys prenant d'assaut le café du Parc du chicissime hôtel lntercontinental de Washington, à quelques encablures de la Maison-Blanche. L'organisation américaine néo-fasciste affichait fièrement ses couleurs noires et jaunes. Leur leader Enrique Tarrio était chargé de la sécurité du célèbre animateur de radio, Alex Jones, venu haranguer les trumpistes. Des Bad Guys aux bateleurs, la "Million MAGA March" avait réuni du beau monde pour soutenir son président malmené, Donald Trump. Les rues de Washington DC appartenaient bien samedi à la moitié d'une Amérique en guerre contre l'autre.

"Yhuru", "liberté" en swahili, le cri de ralliement des Proud Boys. Alors, les voilà en route, au cœur d'une foule qui désormais les reconnaît à leur polo Fred Perry (déjà en vogue chez les hooligans anglais dans les années 1990). Les voilà sur Pennsylvania Avenue qui mène à la Cour Suprême avec à leur tête Alex Jones qui hurle dans son mégaphone : "Trump four more years", "Trump quatre ans de plus." "L'Amérique se réveille, l'Amérique se lève, 1766, 1766." La foule extatique reprend en cœur les déclamations de leur animateur radio préféré, trumpiste de la première heure. Une douzaine de groupes a répondu à l'appel de ce rassemblement qui se veut une véritable démonstration de force de la base des trumpistes.

Biden est "un voleur"

Certains sont clairement affiliés aux suprémacistes blancs. Ils seront plus tard dans la journée les pl...


Lire la suite sur LeJDD