Les partis politiques rejettent le «piège» des conclusions du dialogue inter-Maliens

Les partis politiques rejettent le « traquenard » des conclusions du dialogue inter-Maliens. Le 10 mai 2024, les recommandations finales de cette initiative voulue par le président de transition, le colonel Assimi Goïta, ont été rendues publiques. Pas moins de 300 recommandations, parmi lesquelles, notamment, l'allongement de la période de transition de 2 à 5 années. Dans un communiqué diffusé le 12 mai, les partis politiques de la Déclaration du 31 mars, coalition qui rassemble la quasi totalité des formations maliennes, toutes tendances confondues, rejettent les conclusions de ce dialogue qualifié de « grotesque piège politique ». À leurs yeux, les Maliens « ont été dupés ».

« L'exercice qui vient de se terminer n'a accouché d'aucune initiative malienne de paix et de réconciliation », notent d'emblée les formations signataires.

C'était pourtant, officiellement, l'objectif de ce dialogue, présenté comme une alternative nationale au défunt accord de paix de 2015, signé sous l'égide d'une médiation internationale.

Mais il a été « vidé de son contenu, détourné de ses objectifs initiaux », et « les masques sont tombés ». Les mouvements d'opposition les plus radicaux, comme Jiguiya Koura ou l'Appel du 20 février, mais aussi les partis traditionnellement plus mesurés comme Yelema, l'Adema ou le PS Yelen Koura. Tous estiment que ce sont les autorités de transition elles-mêmes qui ont « inspiré une proposition de nouvelle prolongation de deux à cinq ans, donnant ainsi raison à ceux qui ont parlé d'une transition à durée indéterminée », et « ignorant superbement les aspirations profondes des Maliens » : eau, électricité, libertés publiques...


Lire la suite sur RFI