Le Parti socialiste confirme Olivier Faure à sa tête et met le cap sur 2022

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Olivier Faure a été officiellement réélu samedi Premier secrétaire du Parti socialiste, en prélude à la très probable investiture pour la course à l'Elysée le 14 octobre d'Anne Hidalgo, qu'il soutient.

La maire de Paris, entrée en campagne dimanche dernier, devrait être investie lors d'un vote interne le 14 octobre qui la départagera de ses putatifs concurrents pour la présidentielle, mais sans débat public contradictoire, a décidé samedi le parti réuni en Congrès.

L'ex-Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, qui envisageait de se présenter, s'est rallié à la candidature de la maire de Paris, jugeant que "les conditions d’une vraie primaire sereine devant l’opinion n’ont pas pu être réunies" pour qu'il se lance.

Le maire du Mans Stéphane Le Foll pourrait également se présenter mais il réclamait comme M. Cambadélis un débat contradictoire entre eux, qui n'aura pas lieu.

Les délégués ont opté pour "un temps d'échange de chaque candidat avec les militants", a expliqué Pierre Jouvet, porte-parole du PS.

"C'est un processus qui ne conduira pas à la surenchère", a justifié Olivier Faure. Il avait indiqué plus tôt devant la presse qu'il était contre "une confrontation publique hyper médiatisée" entre les candidats.

Anne Hidalgo était également contre un débat entre candidats, préférant "débattre avec les Français".

Pour Olivier Faure, "c'est un vote où le suspens n'est pas très grand" et Mme Hidalgo aura "vraisemblablement une majorité très large".

Sous les acclamations, il a été confirmé numéro un samedi matin, après la ratification des résultats du vote tenu jeudi soir qui l'opposait à sa seule concurrente, la maire de Vaulx-en-Velin (métropole de Lyon) Hélène Geoffroy. Il l'avait emporté par plus de 73% des quelque 20.000 suffrages.

Une semaine plus tôt, son texte d'orientation, qui marquait clairement sa préférence pour Anne Hidalgo, avait déjà été confortablement adopté par les militants.

Hélène Geoffroy, qui critiquait la "stratégie d'effacement" du Premier secrétaire depuis qu'il a pris les rênes du parti en 2018, a indiqué à l'AFP qu'elle continuerait "à mener le courant réformiste au sein du parti".

- "fidèle" mais "libre" -

Anne Hidalgo, en déplacement de campagne vendredi au Creusot, s'est dite "très contente" de la victoire d'Olivier Faure.

Comme les autres candidats à l'investiture, elle n'est pas présente au Congrès. "Je suis fidèle à mon parti, mais je suis libre", a-t-elle insisté.

"Pauvres militants": l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon a ironisé dans un tweet sur "le mépris" de la maire de Paris pour le congrès du PS.

Mais cette absence est justifiée, selon la porte-parole du PS Dieynaba Diop: "c'est le temps pour définir la stratégie du parti. C'est important pour les militants de ne pas se laisser déposséder de ces choix".

Malgré sa réélection, Olivier Faure est critiqué dans sa gestion par quelques membres du parti.

Le maire de Dijon François Rebsamen a notamment dénoncé le rétrécissement du PS et a fustigé un "parti sectaire" où "nous ne pouvons plus débattre".

"C'est le congrès de la confusion", a regretté l'ex-ministre Marie-Arlette Carlotti, appelant aussi à "un débat contradictoire" entre les candidats à l'investiture.

Olivier Faure, qui prononcera un discours dimanche, réfute le procès en effacement qu'on lui fait, mettant en avant les résultats positifs du PS aux dernières élections municipales, régionales et nationale, qui en font selon lui "la force motrice à gauche". Ses partisans soulignent aussi qu'il a "redressé" un parti en pleine débâcle au début du quinquennat d'Emmanuel Macron.

"Les socialistes sont de retour, la renaissance est là, il est temps de resserrer les rangs", a déclaré Corinne Narassiguin, numéro deux du parti.

Le Congrès a aussi validé le "projet du parti pour 2022", présenté lors des journées d'été à Blois, qui a depuis été amendé par les militants.

Ce projet fait une centaine de propositions, prévoyant par exemple de "rendre possible le référendum d'initiative partagée", créer "un minimum jeunesse", "remplacer l'indice PIB par des indicateurs économiques prenant en compte la qualité de la vie ou le développement durable" et "transférer au Premier ministre le pouvoir de dissolution de l'Assemblée".

caz/reb/or

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles