Parti socialiste : « Il y a des professionnels de la déstabilisation autour de Nicolas Mayer-Rossignol », tacle Olivier Faure

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

PS : « Il y a des professionnels de la déstabilisation autour de N. Mayer-Rossignol », O. Faure

« C’est le Parti socialiste dans ses moins belles œuvres. » Devant le triste spectacle offert par le Parti socialiste depuis le vote pour choisir son Premier secrétaire jeudi dernier, difficile de ne pas penser aux Congrès houleux de Reims (2008) ou de Rennes (1990), dont le Parti socialiste a le secret, comme Olivier Faure le reconnaît lui-même. Le Premier secrétaire nouvellement élu, mais contesté, va même plus loin, et fait directement le lien avec le Congrès de Reims qui avait vu Martine Aubry s’imposer avec 102 voix d’avance sur Ségolène Royal : « Il y a dans la commission de récolement [chargée de valider les résultats litigieux], autour de Nicolas Mayer-Rossignol, des gens qui sont des professionnels de la déstabilisation. Ils l’ont fait Congrès après Congrès. Ils étaient déjà là au Congrès de Reims pour empêcher l’élection de Martine Aubry. »

« Si on avait été jusqu’au bout de la suppression des irrégularités, je serais beaucoup plus haut encore »

La différence, c’est qu’à l’époque, environ 135 000 militants avaient participé au scrutin, alors qu’ils étaient à peine 24 000 jeudi dernier. « Ce n’est pas comme si on était à 49 % et qu’il ne nous restait qu’un point à rattraper », euphémise Olivier Faure en appelant à respecter les résultats du vote et le rassemblement et l’unité nécessaire au Parti socialiste pour « se mettre au niveau des défis qui sont devant » lui. « Il faut que l’on arrête de se regarder le nombril : le grand sujet du moment, ce n’est pas l’élection des socialistes, mais le recul de l’âge légal à 64 ans », poursuit le Premier secrétaire du Parti socialiste. Le problème, c’est que les soutiens de Nicolas Mayer-Rossignol, au premier rang desquels le sénateur socialiste et premier fédéral de Paris, David Assouline, contestent les résultats de l’élection du Premier secrétaire.

Ainsi les travaux de la « commission de récolement » auraient été interrompus par la direction avant d’avoir validé tous les scrutins (...) Lire la suite sur Public Sénat

Rapatriement des familles de djihadistes : « Le temps des États et de la justice est une violence supplémentaire », juge un avocat spécialiste des droits de l'Homme

Retraites : « La durée de cotisation des femmes va augmenter légèrement plus que celle des hommes », reconnaît Stanislas Guerini

Fin de l’objectif de réduction du nucléaire, durcissement des sanctions pour les intrusions dans les centrales : que contient le texte du Sénat ?

Réforme des retraites : comment la majorité sénatoriale se prépare à l’examen d’un « monstre législatif »

Recours à l’article 47-1 pour la réforme des retraites ? « Ça dépendra des oppositions », répond Franck Riester