Parti socialiste: l'effondrement, saison 2

·1 min de lecture

Malgré des municipales réussies et un certain renouveau idéologique, le parti de la rose vient d'être brutalement rappelé à son statut, mineur, par toute une série de déconvenues.

Une averse subite qui coupe court à l'éclaircie. Ces derniers mois, les derniers caciques du Parti socialiste, toujours sous le choc de sa relégation express au rang de mastodonte en déclin depuis la déroute de l'élection présidentielle en 2017, se plaisaient à relever çà et là les indices d'un retour en verve. Il y avait eu les municipales de juillet, une surprise plaisante pour la vieille maison socialiste parvenue à conserver les clés de plusieurs bastions emblématiques (Paris, Lille, Nantes, Rennes, Rouen, Clermont-Ferrand, Dijon…) tout en réussissant des conquêtes inattendues (Montpellier, Nancy, Saint-Denis). Quoiqu’éclipsé par les spectaculaires victoires écologistes, ce résultat avait réellement redonné du baume au cœur des sociaux-démocrates, qui se disaient qu'ils n'avaient peut-être pas tout perdu : faute d'être un poids lourd de la vie politique française, le PS demeurait au moins un solide parti d'élus locaux.Autre signe de relative embellie, la réflexion entamée un an auparavant par Olivier Faure au sujet de la laïcité avait réinjecté du peps à une formation usée idéologiquement : en rappelant, par plusieurs prises de position remarquées, la gauche socialiste à ses fondamentaux républicains face aux dérives du reste de la famille, le premier secrétaire a enfin permis au PS...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Après la victoire de Biden, le parti Républicain fracturé : "La course à 2024 est déjà lancée"

Donald Trump, le président parti… pour durer chez les conservateurs

Et si le parti animaliste devenait le premier parti de France ?

100 ans du PCF : l'histoire du parti par l'évolution du style vestimentaire de ses leaders

"Ambroise Croizat, une grande figure du Parti communiste français"