Le Parti socialiste "adopte une position attentiste"

franceinfo
Le Parti socialiste "adopte une position attentiste"

La direction collégiale provisoire du Parti socialiste (PS) se réunissait pour la première fois lundi 17 juillet. Pour Rémi Lefebvre, politologue et professeur de sciences politiques à Lille, spécialiste du Parti socialiste, le PS "adopte une position attentiste". "La stratégie des dirigeants est de voir ce que le gouvernement Philippe et la présidence Macron va donner en termes de popularité et d'orientation politique", a-t-il précisé.

franceinfo : le PS a-t-il encore une place ?

Rémi Lefebvre : Le problème du PS est qu'il est coincé entre deux forces politiques qui le prennent en étau. Son utilité et sa légitimité sont donc mis en cause. Pendant de longues années, le PS occupait un espace politique assez large entre la gauche de la gauche et le centre-gauche. Depuis les élections présidentielles et l'échec de François Hollande, cet espace s'est rétréci. Le PS a du mal à trouver un espace politique. Est-il encore utile à gauche, ce PS qui a 30 députés, ou doit-il disparaître ? C'est un peu l'enjeu des mois qui viennent. L'autre problème du PS est qu’il est aujourd’hui divisé sur la question du nouveau gouvernement, comment peut-il exister par rapport à Emmanuel Macron ?

Je pense que la stratégie des dirigeants est de voir ce que le gouvernement Philippe et la présidence Macron va donner en termes de popularité et d'orientation politique.

Rémi Lefebvre, politologue

à franceinfo

Il faut qu'il se distingue sans pour autant donner l'impression de cultiver des divergences qui sont artificielles ou stériles. Il y a aujourd’hui une légitimité pour Macron même si elle est fragile, mais il doit en même temps se distinguer parce qu'il occupe un espace plus à gauche. Il doit aussi se distinguer parce qu'il y a Jean-Luc Mélenchon qui fait le procès au PS d'être un parti devenu centriste ou sans identité idéologique. Depuis quelques semaines, le Parti socialiste adopte une démarche attentiste. Certes il (...) Lire la suite sur Francetv info

Le PS "n'a pas d'autre choix que de donner un coup de barre à gauche", selon le politologue Bruno Cautrès
Parti socialiste : "Nous serons amenés à changer de nom et à trouver des outils numériques pour changer nos pratiques"
Le débrief politique. La baisse du budget de la Défense fait polémique
L'ancienne ministre Ericka Bareigts dément faire partie de la nouvelle direction du Parti socialiste
Conférence nationale des territoires : les élus partagés par les annonces d'Emmanuel Macron

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages