"Il est parti gratuitement": l'oncle de l'adolescent tué aux Lilas témoigne

·2 min de lecture

Un jeune de 16 ans a été tué d'un coup de couteau lundi aux Lilas, près de Paris. Son agresseur, un adolescent de 17 ans, a été interpellé. Les deux n'étaient pas connus des services de police.

La famille d'Ibrahima est partagée entre douleur et pardon. Lundi vers 19 heures, ce jeune homme a reçu un coup de couteau au niveau de la poitrine, un seul coup fatal. Ibrahima venait de sortir du stade de foot aux Lilas, près de Paris, en compagnie de deux amis lorsqu'il y a eu cette altercation. Ni la victime, ni l'auteur des faits n'étaient connus des services de police.  

"On sait qu’Ibrahima était quelqu’un de droit, de juste", confie à BFMTV Ousmane Diaïté, l'once d'Ibrahima. "Il n’a jamais trempé dans quoi que ce soit. Ibrahima ne connaissait que l’école, le foot, la maison. Il est parti gratuitement, gratuitement, gratuitement. Il était au mauvais endroit, au mauvais moment."

Les faits se sont déroulés dans un quartier pavillonnaire des Lilas. Ibrahima et ses deux amis étaient originaire de Bagnolet, un élément avancé par certains pour expliquer cette altercation. "Il y a toujours eu une rivalité entre Les Lilas et Bagnolet. Il y a des personnes assez bêtes pour frapper quelqu'un qui vient d'une autre ville, même s'il n'est pas dans les bagarres", expliquait ce lundi un adolescent de 16 ans, ami d'Ibrahima.

"On lui pardonne"

A leur arrivée dans ce quartier pavillonnaire des Lilas, les secours ont tenté, en vain, de réanimer Ibrahima. Des témoins de la scène ont immédiatement pu donner la description de l'auteur du coup de couteau. Une heure après les faits, il a pu être interpellé alors qu'il circulait à vélo. Ce dernier a été reconnu formellement par les témoins.

"On pardonne à la personne qui a fait cet acte", assure Ousmane Diaïté. "Car à 17 ans, quand on fait un acte aussi horrible, on ne peut pas dire que c’était une personne mature. On se pose la question de savoir s’il sait ce qu’il a fait."

L'oncle d'Ibrahima a une pensée pour la famille de ce jeune de 17 ans, car "il a détruit deux familles". 

"Il a profondément blessé notre famille, mais sa famille à lui doit être complètement décimé", souffle-t-il.

Ousmane Diaïté estime que dans ce drame il y a "une double perte", celle d'Ibrahima et celle de ce jeune "devenu par la force des choses un criminel". Pour lui, la mort d'Ibrahima aurait pu être évitée. "On espère que la justice fera son œuvre. La société dans toutes ses strates n’a pas été à la hauteur. C’est quelque chose qui est déjà arrivé, ils auraient pu faire quelque chose pour que ça n’arrive plus."

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles