Donald Trump accuse Joe Biden de revendiquer faussement sa victoire

·2 min de lecture

"Cette élection est loin d'être terminée", a martelé le président sortant des Etats-Unis Donald Trump, alors que les médias américains viennent d'annoncer la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle. 

Donald Trump a accusé samedi Joe Biden de se "précipiter pour se présenter faussement" en vainqueur de la présidentielle américaine malgré l'annonce de sa victoire par les grands médias américains, assurant que l'élection était "loin d'être terminée".

Lire aussi : Joe Biden élu président des Etats-Unis

"Nous savons tous pourquoi Joe Biden se précipite pour se présenter faussement en vainqueur et pourquoi ses alliés dans les médias tentent avec autant d'efforts de l'aider: ils ne veulent pas que la vérité éclate", a écrit le président américain sortant dans un communiqué. "Le constat simple est que cette élection est loin d'être terminée", a-t-il martelé.

Isolé même au sein de son camp

Le 45e président des Etats-Unis n'est en tout cas pas à la Maison Blanche, à Washington, alors que la foule se rassemble devant le lieu de la présidence américaine. Il s'est rendu samedi matin à son club de golf à Sterling, en Virginie, sa première sortie depuis le jour de l'élection présidentielle, mardi. Selon CNN, il n'aurait pas l'intention d'inviter Joe Biden avant l'investiture de ce dernier début janvier. Il ne serait pas prêt à accepter sa défaite électorale et aurait perdu «tout sens de la réalité», selon Jim Acosta. Son vice-président Mike Pence ne serait d'ailleurs que peu enclin à suivre sa stratégie de la contestation du résultat des urnes, afin de préserver ses chances pour... 2024.

En attendant, le sénateur et ex-candidat à la présidentielle américaine Mitt Romney a été samedi le premier poids lourd républicain à féliciter Joe Biden pour sa victoire contre Donald Trump. Ann, son épouse, «et moi présentons nos félicitations au président élu Joe Biden et à la vice-présidente élue Kamala Harris», des personnes «de bonne(...)


Lire la suite sur Paris Match