Le parti au pouvoir franchit la formalité des législatives

PHOTO SPUTNIK / EKATERINA SHTUKINA VIA REUTERS

À l’issue du scrutin législatif qui s’est déroulé le 18 septembre, la nouvelle Douma aura peu ou prou la même composition que les deux précédentes. Y siégeront les quatre partis qui ont franchi la barre des 5 % des voix, à savoir Russie unie (le parti au pouvoir), le LDPR (parti nationaliste), le KPRF (Parti communiste de la fédération de Russie) et Russie juste (parti de centre gauche).

Comme le rapporte le quotidien Kommersant, après dépouillement de 93 % des bulletins, la Commission électorale centrale a annoncé que Russie unie arrivait en tête avec 54,3 % des voix. En deuxième position, le Parti communiste obtient 13,5 % des voix, puis le LDPR 13,2 %. Enfin, Russie juste récolte 6,2 % des votes.


Cette année, les 450 sièges de l’Assemblée devaient être pourvus pour moitié à la proportionnelle, pour moitié sur mandats uninominaux. Pour cette seconde moitié, les candidats de Russie unie ont raflé 203 des 225 mandats, ceux du PC et de Russie juste sept mandats, et ceux du LDPR, 5. Sur les dix autres partis en lice, Rodina et la Plateforme civique obtiennent un siège grâce aux mandats uninominaux. Le taux de participation national a été évalué à 47,81 %.

En cumulant les deux modes de scrutin, Russie unie obtient la majorité constitutionnelle avec 76,22 % des voix et 343 sièges, le Parti communiste 9,34 % et 42 sièges, le LDPR 8,67 % des voix et 39 mandats, Russie juste 5,11 % des voix et 23 mandats.

Satisfaction de Vladimir Poutine

Vladimir Poutine s’est félicité de la victoire de Russie unie : “Nous savons que la vie des gens n’est pas facile, qu’il y a beaucoup de problèmes non réglés, et pourtant, le résultat est ce qu’il est. Les gens ont quand même voté pour Russie unie. Les sceptiques peuvent dire qu’on ne fait pas ce qu’il faudrait, mais personne ne fait mieux”, rapporte le site Lenta.ru.

Parmi les enseignements à tirer du scrutin, de nombreux commentateurs relèvent le recul du Parti communiste au profit du LDPR, le parti de l’ultranationaliste Vladimir Jirinovski. Ainsi Gazeta.ru note que “même si le PC conserve sa deuxième place, l’écart avec le LDPR est si mince que cela constitue un sérieux coup psychologique pour le parti et ses membres. Le PC n’est plus la deuxième force politique incontestable du système”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles